Élior doit être fort

J’aimerais vous conter l’histoire d’Élior. Élior a 20, 30 ou 50 ans. Il a dédié ou dédie encore sa vie à l’accumulation de richesses et de possessions à l’extérieur de lui-même. Menant une vie confortable, du moins en apparence, il néglige complètement la caverne d’Ali Baba remplie de trésors logée au plus profond de son être. Un peu comme s’il tentait désespérément d’attraper dehors un bonheur qu’il ne pourra jamais trouver que dedans.

On ne peut pas vraiment lui en vouloir, cela dit. Car dès son plus jeune âge, on l’a taillé comme une pierre d’angle pour qu’il puisse finir par trouver une place, sagement, dans l’un des recoins d’une société en perdition. Avec toute la générosité d’une civilisation malade, Élior, lorsqu’il était enfant, a eu droit à un bon formatage mental, le lissage affectif étant offert par la maison. Très vite, il fut encouragé à sécher la moindre petite larme qui perlait du coin de son œil. « Allons, un garçon, ça ne pleure pas, voyons ! Il faut être fort si tu veux devenir un homme ! », lui a-t-on rabâché pendant sa jeunesse. Quand on ne venait pas cadenasser ses accès de colère à grands coups de : « Arrête de crier comme ça, que diable ! »

Mais le pire, c’est qu’à un certain moment, notre ami Élior a commencé à croire que tout cela était pour son bien. Et c’est ainsi qu’en grandissant, il a pris l’habitude de ravaler sa bile, son chagrin et ses angoisses au lieu de les décharger sainement. Et comme c’est ce que tout le monde faisait autour de lui, il n’a jamais remis ce mode de fonctionnement en question. Il ne s’est jamais demandé non plus ce qu’il advenait d’une émotion qui n’avait pas eu la chance d’être vécue, ressentie, exprimée.

Alors Élior a rempli sa vie à ras bord. Fuyant en avant, parfois en arrière. À droite, à gauche. Carapatant tantôt dans l’action, les divertissements, les relations. Tantôt dans l’alimentation, le travail, les délations. Il a tout fait pour se dérober, pour éluder toute rencontre intime avec lui-même. Et il continue. De toute façon, il n’a tout simplement pas le temps pour « ces conneries  de bobos mal dans leur peau »!

Aujourd’hui cependant, quelque chose a changé. Étonnamment, sans trop savoir pourquoi, Élior a décidé de ne rien faire de sa journée. Il a refusé toutes les invitations pour se retrouver un peu seul. Un pas de géant dans la vie d’un homme abonné à l’action où « ne rien faire » rime trop souvent avec paresse et culpabilisation.

Peut-être qu’il ira se promener là où le vent voudra bien l’emmener. Peut-être qu’il s’allongera sur le banc d’un parc ou se blottira pour une fois contre les racines d’un vieil arbre au bord du lac. Peut-être qu’il se calera dans un fauteuil au coin du feu pour attendre le retour du printemps, bercé par un doux crépitement. S’interrogera-t-il sur le devenir des émotions qu’il avait balayées sous le paillasson ? Peut-être s’autorisera-t-il exceptionnellement à se montrer faible et vulnérable, là où toute sa vie durant il n’y aura eu de place que pour un simulacre de force, une solidité de façade ? Se permettra-t-il de laisser couler les larmes d’un enfant qui rêvait d’être éduqué autrement ? Ira-t-il crier sa colère en haut des montagnes ou aux confins de la Terre ? Je n’en sais rien. Peut-être qu’à l’avenir, il permettra à ses enfants de verser toutes les larmes qu’il n’a lui-même pas eu la permission de verser ? Peut-être ne fera-t-il rien de tout ça. En tout cas, il ne fuira pas dans la première source de distraction venue car aujourd’hui, oui, il a rendez-vous avec la vie. Aujourd’hui, Élior fait son premier pas sur le chemin qui le ramène chez lui.

2 réflexions sur “Élior doit être fort

  1. Lucky Sophie tape et envoie plus vite que son ombre . . . donc . . .

    Tout simplement,
    Merci Benoît . . . et . . .

    Ra – conte – nous encore, non pas comme le mot l’indique, des récits imaginaires mais, comme tu l’as si bien envoyé dans nos aires, des histoires de Vraies Vies.

    Mercisssss

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s